compuBase : La première source d'information sur les partenaires IT, Télécoms et Digital. 160 000 profils en Europe, MEA et North America
compuBase : La première source d'information sur la distribution IT  & Télécoms en Europe et MEA
compuBase

compuBase consulting dévoile une étude sur la courbe des âges des dirigeants de l’industrie IT en France


L’une des caractéristiques de l’industrie IT est d’avoir généré tout un ensemble d’entreprises dans un laps assez court d’années. Près de 70 % des sociétés IT d’aujourd’hui ont été créées dans la période s’étalant entre 1980 – 2000 et aujourd’hui plus de 30 % des entreprises IT ont plus de 25 ans d’existence.


50 ans, 10 mois et 3 jours.... l’âge moyen du dirigeant.

compuBase consulting dévoile une étude sur la courbe des âges des dirigeants de l’industrie IT en France
Ces entreprises, pour la plus grande part toujours gérées par leur créateur, ont pour partie des dirigeants senior voir très sénior. Une statistique issue d’un ensemble de 11.000 sociétés IT montre que l’âge moyen en France du dirigeant d’une entreprise IT est de 50 ans 10 mois et 3 jours... avec plus de 34 % des dirigeants ayant dépassé 55 ans.
Cette étude porte sur l’âge des dirigeants de  plus de 11.700 sociétés du secteur IT & Télécoms issues de la base compuBase.

La tranche d’âge la plus représentée au sein de l’industrie est la tranche 50-54 ans, ce qui est plus une caractéristique d’une industrie pleine d’expérience que d’une industrie jeune constituée de start-up .
Si l’on prend les sociétés dont le manager principal à plus de 55 ans, cela représente aujourd’hui 34 % de notre secteur, mais le « pire » est à venir, vu le faible taux de création ou de reprise de sociétés ce taux d’ici à 4 ans risque de dépasser les 50 % !

A l’heure où l’industrie est en pleine évolution, que l’esprit d’entreprise est régulièrement mis à mal, et que les constructeurs, éditeurs ou sociétés de services demandent à leurs partenaires de faire évoluer considérablement leur métier, il faut s’interroger si ces dirigeants, souvent entrepreneurs ont plus la volonté de ré-entamer d’importants changements dans la structure de leur activité ou plutôt, ce qui serait logique, de réaliser leur profit en cédant leur fond ou en fusionnant leur activité.

Prendre en compte l’âge du capitaine dans sa stratégie

Les constructeurs et éditeurs, ont intérêt à prendre l’âge du capitaine dans leur variable d’adressage marché et de développement de réseaux de ventes indirects. En effet, à chiffre d’affaire équivalent travailler avec un acteur établi dont l’objectif est à court ou moyen terme orienté vers la revente de son entreprise ne se traite pas de la même manière que de travailler avec une jeune pousse qui a l’avenir devant soi.

Ceci est en particulier vrai dans le cas du Cloud ou du SaaS où beaucoup d’acteurs se posent encore la question de la rentabilité sur le court terme, or ces dirigeants ont une vision au propre et au figuré qui a tendance à se réduire quand les décisions étatiques et erratiques ne participent pas à la rendre nulle (CIR, CICE etc..)

Dans le cadre du Cloud ou du SaaS, imaginez-vous à 60 ans dirigeant d’une société avec un modèle économique qui vous a donné toute satisfaction durant les 20 dernières années, générant revenus et marge (puisque vous êtes toujours en vie) et que l’on vienne vous expliquer qu’il faut remettre en question votre organisation, la manière de rémunérer vos équipes et que probablement votre CA va baisser dans un premier temps avant de générer, hypothétiquement plus de marge, le tout dans un environnement où l’on vous dit qu’au bas mot le Cloud et le SaaS vont représenter en 2016 – 16 % du CA de l’industrie... Vous allez au moins vous poser une bonne dizaine de fois la question si le jeu en vaut la chandelle, vous allez vous demander s’il ne vaudrait pas mieux optimiser ce que vous savez bien faire, valoriser au mieux votre entreprise et trouver quelqu’un pour reprendre d’ici quelques années votre fond de commerce et la confiance que vous avez pu développer avec vos clients. Vous allez même réfléchir que certains de vos jeunes concurrents qui eux iront sur le Cloud seront bien contents de gagner en vitesse de croissance s’ils réussissent en s’appuyant sur les clients que vous avez su conserver.... ou qu’au pire avec la marge dégagée entre temps il sera toujours temps de se Cloudifier à bon compte en trouvant une pépite en mal de réussite...Cette vision est bien entendu caricaturale, mais n’oublions pas que toute caricature n’a tendance qu’à forcir des traits qui existent au naturel.

Pour les acteurs de moins de 50 ans, le problème est différent, et les fournisseurs de solutions Cloud et /ou SaaS peuvent se rassurer, si l’ensemble de ceux-ci embrassent ces technologies cela représente une force de frappe bien suffisante pour un décollage de ces technologies.


Anticiper les disparitions, et mouvements

A ce titre on peut s’inquiéter du manque d’initiative du côté des constructeurs ou éditeurs afin de favoriser les fusions entre ces acteurs de générations différentes à travers des rapprochements stratégiques, certains groupes de revendeurs tels Le Club Alliance d’IBM y participent sûrement mais ils sont plus souvent l’œuvre d’initiatives individuelles de managers éclairés que la traduction d’une prise de conscience de la direction des ventes indirectes ou d’une stratégie d’entreprise, il est vrai qu’avec des budgets au quarter voir loin n’est pas toujours facile...

La distribution plutôt plus jeune que le reste de la population IT

compuBase consulting dévoile une étude sur la courbe des âges des dirigeants de l’industrie IT en France
Si l’on étudie plus en détail la segmentation par activité principale on trouve fort logiquement les populations les plus âgées dans le domaine du consulting où 66 % des dirigeants ont plus de 50 ans mais surtout au sein des constructeurs où le chiffre atteint plus de 73 %, ce qui donne une idée de l’ampleur de la tâche du redressement productif à réaliser.

 Les populations les plus « jeunes » se retrouvent au sein des sociétés de services IT, et  sociétés de service Télécoms mais aussi, et c’est peut être là une bonne surprise, au sein des revendeurs aux entreprises. A noter que les éditeurs de logiciels, avec 63 % de leurs dirigeants ayant plus de 50 ans, se trouvent plutôt dans la catégorie plutôt âgée en comparaison l’ensemble de la population IT. Là aussi une évolution de leur modèle vers le SaaS pose des questions surtout quand on sait que moins de 20 % ont une solution en vrai SaaS (étude PartnerVIP compuBase - ISV 2013)

La distribution au sens large est l’avocat des clients auprès des fournisseurs (et non le contraire). Ces fournisseurs demandent à leurs partenaires d’évoluer, de s’adapter, de revoir leurs modèles mais oublient que derrière une entreprise il y a souvent un homme qui a aussi ses propres objectifs et ses propres contraintes, l’ignorer c’est se mettre en position de désagréables surprises.


Conclusion

Quoiqu’on en dise notre industrie, si elle est toujours caractérisée par une effervescence de produits et d’offres, sa croissance est devenue neurasthénique, le vieillissement de la population des dirigeants, le ralentissement de cycles de rupture, les concentrations et fusions...tout indique que nous sommes dans une industrie de plus en plus mature où les parts de marché, hors ruptures technologiques, seront de plus en plus difficiles à prendre.

Ceci n’est pas inquiétant en soi, le marché de la lessive est très mature et se porte plutôt pas mal, ce qui est plus inquiétant c’est  de vouloir continuer à gérer les entreprises IT comme si le marché n’était que dans une phase transitoire avant un fort redécollage. Ce qui est inquiétant c’est de faire des économies basées sur une vision court-termiste, à coup de coupes budgétaires sans réelle vision alors que les changements sont eux profonds et durables. Mais le pire de tout serait de ne pas accorder au client, à sa connaissance, à la compréhension de ses besoins la place que toute industrie mature lui confère naturellement.